Sommaire

Suivant les traditions locales, la rudesse du climat, le matériau utilisé également, l'inclinaison du toit, les systèmes d'évacuation d'eau de pluie du toit ont des formes différentes.

Voici quelles sont les trois principales :

  • la gouttière pendante : de forme demi-ronde, elle se fixe sur l'égout de toit ou sur le bandeau du toit,
  • la gouttière rampante, elle ressemble à une canalisation reposant sur une corniche ou sur une partie de la toiture,
  • le chéneau.

 

 

Le chéneau : à ne pas confondre avec la gouttière

Le chéneau est souvent apparenté à une gouttière par abus de langage ou par usage régional.

Le chéneau désigne un conduit intégré au gros œuvre :

  • situé sous un pan de mur,
  • ou adossé contre un mur.

Il déverse les eaux pluviales dans une gouttière ou directement dans un tuyau de descente.

Surtout présent dans des bâtisses ou demeures imposantes, à pans de toiture multiples, on ne le trouve plus dans les architectures modernes :

  • dans les constructions anciennes, il était en pierre, en terre cuite ou en bois recouverts de plomb,
  • aujourd'hui, le chéneau est disponible dans le même matériau que les gouttières : PVC, zinc, cuivre ou aluminium.

Pose du chéneau : posé ou encaissé

Un chéneau peut être installé selon deux procédés :

  • posé et prenant appui sur un entablement :
    • de pierre, de plâtre ou de béton : construction solide permettant de marcher dessus,
    • de bois : support non solidifié et de largeur plus réduite,
    • suivant la configuration, sa mise en œuvre peut exiger la réalisation d'un coffrage,
  • encaissé entre deux pans de toiture ou entre un pan et un mur.

Dimensions d'un chéneau : selon la toiture

Les chéneaux sont conçus à la bonne longueur, les raccords sont inexistants.

Ses dimensions sont définies par :

  • sa largeur dans la partie supérieure,
  • sa largeur dans le fond,
  • ses hauteurs et relèvements avant et arrière (si existants),
  • sa longueur.

Elles doivent être adaptées à la surface des pans des toitures à desservir.

Capacité d'évacuation du chéneau

La capacité d'évacuation d'un chéneau dépend :

  • de sa largeur et profondeur, de sa forme et de son développé même si ce paramètre n'est pas toujours facile à appréhender dans le cas d'un chéneau,
  • de la pente déterminée à la conception du chéneau : elle ne peut être reprise à moins de démonter totalement l'installation,
  • des raccords s'il y en a : les fuites ne sont pas forcément visibles, ce qui rend leurs réparations plus difficiles.
Lire l'article Ooreka
Gouttières

Gouttières : votre guide gratuit à télécharger

Vous trouverez au sein de ce guide rédigé par des auteurs spécialisés :

  • Une vision complète pour comprendre le sujet
  • Les infos essentielles pour faire les bons choix
  • Des conseils sur l'achat, l'installation et l'entretien
Télécharger Mon Guide

Aussi dans la rubrique :

Formes et dimensions

Sommaire

Ces pros peuvent vous aider